Be…an OS

Non, aucun rapport avec un magazine féminin ou avec quoi que ce soit du même accabit ; rien de plus qu’un clin d’oeil vers un p’tit quelque chose que « le hasard » m’a planté dans les pattes.

Oui bon je sais… Pas trop de participation à quoi que ce soit en ce moment, pas trop d’articles sur mon PQB non plus (j’avais décidé de faire une p’tite pause régénératrice) et…PAF…voilà que je me prends un haiku sur la tronche (non, rien à voir avec une forme de poésie japonaise qui s’articule sur les émotions, le moment qui passe…qui émerveille ou qui étonne…et qui ne fait pas plus de 17 syllabes en 3 vers…YES YES YES…je savais que j’allais arriver à la placer celle-la) !
:mrgreen:

Pour faire simple, concis et court : je suis tombé sur l’évolution d’OpenBeOS…qui a pour nom « haiku ».

Il y a quelques années (en 1999 pour être plus précis), j’ai été amené à tester la version 4.5 de BeOS et ça m’avait enchanté (autant les distributions linux du moment m’avaient un peu agacé, autant j’avais commencé à m’éclater avec BeOS, même s’il n’y avait pas des possibilités monstrueuses) ; c’est donc tout naturellement qu’en 2000 j’ai profité de la version R5 PE (PE, pour Personal Edition)…

La suite de l’histoire !? Be a bu le bouillon…et le bébé est parti avec l’eau du bain… C’est dommage car, à mon humble avis, ce système avait un bon potentiel !

Bon, je ne vais pas refaire le monde hein… Dans le précédent lien (la page wikipédia sur BeOS), vous avez tout l’historique…si tant est que ça vous intéresse ; moi je retourne à mon installation de « haiku » sous virtualbox histoire de voir comment la bête a évolué…

Quelques liens, pour le cas où vous seriez intéressés :

Participer à la vie du Pseudo-Quasi-Blog en laissant un commentaire... ;-)