Bons mots

J’inaugure avec ce « post », l’arrivée d’une nouvelle catégorie d’articles sur mon « pseudo quasi blog » ; le thème !?

Bons mots, citations, pensées, etc… Toutes ces petites choses qui font l’âme de notre langue !

Intéressé !? Alors…allons y… 🙂

L’à peu près…

Connaissez-vous la différence entre l’à-peu-près et le calembour ?

Il parait qu’elle tient en quelques mots : « le premier, c’est le second……en pire » :mrgreen:

On peut trouver les à-peu-près drôles et sans prétention, et sans doute sont ils drôles car sans prétention. Comme l’écrivait Ménage il y a plus de trois siècles :

« les allusions et les équivoques ne valent rien quand on les donne pour bonnes, mais elles sont bonnes quand on les donne pour ne valoir rien« 

En voici un exemple avec Eugène Rimbault (eh non, aucun rapport avec l’Arthur ayant le même patronyme) :

LES BOUQUINS RIGOLOS

J’viens d’ach’ter sur les quais des bouquins rigolos ;
J’vais avec les sujets dir’ les titr’s en quèqu’s mots.
Je commence :

Godard, dans son ballon, pour avoir chaud aux pieds
De quelques bonn’s semell’s garnissait ses souliers :
Cinq semelles en ballon.

Une dompteu’s de serpents, jolie comme un amour,
Possède un gros boa qui roupill’ nuit et jour :
La belle au boa dormant.

Un chat qui était très vieux fut pris d’un gros besoin,
Il fit tout’s ses ordur’s et mourut dans un coin :
Les oeuvres complètes de chat qu’expire.

Michel, qu’à dix-huit ans, veut aller su’l’terrain
Mais on lui fait r’marquer qu’il est par trop gamin :
Michel est trop gosse.

Un enfant qui voulait, un jour, être confessé
S’assit sur la lunett’ pour dir’ la vérité :
La confession d’un enfant su’l siège.

Mad’moiselle Virginie s’désolait tant et plus
En voyant qu’elle avait les mollets poilus :
Poil et Virginie.

Mademoisell’ Manon, qu’est rond’ comme un tambour,
Fait constamment sauter ses nichons quand elle court :
Manon les s’coue.

Maintenant, voici un livre qui n’existe pas, mais que je vais faire :

Le fameux Damoclès mangeait tant d’haricots
Qu’il faisait constamment retentir les échos :
Les pets de Damoclès.

Alors… Est ce que ça donne envie de sourire et donc envie de…continuer !?

Moi, j’avoue que j’adore…et donc, comme je ne boude JAMAIS mon plaisir…eh bien je continue ! 😀

Je le fais avec le même auteur ; sacré Eugène que ce Rimbault là :

LES EVENEMENTS COMIQUES

En regardant son fils, Abraham dit comm’ça
Ah c’qu’il est rigolo, ce sacré gamin-là !
Le sacré fils d’Abraham.

Quand ell’ mang’ un’ pastill’, mademoisell’ Margot
Produit un’ légèr’ bris’ comm’ lui f’rait l’haricot :
La brise de la pastille.

Quatorze cocodett’s portaient le même prénom
Et fir’nt sous l’nom d’Juliett’ la fête en tout’ saison :
La fête de quatorze Juliettes.

Télémaque, afin d’voir Calypso qui l’attend
Entre dans la cavern’, mais dans la boue s’étend :
Télémaque dans la crotte de Calypso.

Balthazar s’étant mis sur un banc fraîchment peint,
Vit, en se r’mettant debout, qu’il avait l’derrière teint :
Les fess’s teintes de Balthazar.

En toile de batiste, l’patron d’un magasin
Fit un sing’, mais hélas ! Il s’décolla l’lendemain :
La décollation du singe en batiste.

D’vant un monceau d’radis, Adam v’nait d’s’installer,
Quand, avec sa chèr’ femme, on l’pria d’s’en aller :
Adam et Eve chassés du tas d’radis.

La jolie p’tit’ Sarah qui n’avait pas douze ans
fut enl’vée un jour par des affreux ch’napans :
La prise de Sarah gosse.

Je pourrais en mettre des pages tellement je m’en régale… Mais, pour un premier article…je vais m’arrêter là !

Un ouvrage que je conseille aux amoureux de la langue (les exemples ci-dessus en sont tirés), c’est le livre « Des mots et merveilles » de Claude Gagnière… Si vous en avez la possibilité, lisez le… C’est un régal !

Bonne lecture à tous & toutes… 😉

Participer à la vie du Pseudo-Quasi-Blog en laissant un commentaire... ;-)